Les bienfaits du sprint pour l’endurance et la santé

Sprinter est un formidable entraînement pour les athlètes d’endurance et même d’ultra-endurance. De par sa nature brève mais intense, cet exercice apporte toute une série de bienfaits, tant métaboliques que physiques. Que ce soit simplement pour être en meilleure forme ou pour accomplir quelque exploit sportif, voici 4 bonnes raisons d’incorporer des sprints dans votre entraînement.

1. Boost de fitness

Sprinter est l’exercice explosif par excellence. Cet effort bref mais intense déclenche des adaptations physiques importantes qui contribuent à toutes vos performances, quelque soit leurs durées et leurs intensités. 

La recherche confirme que les bénéfices pour la santé et la forme physique surpassent ceux apportés par des exercices cardio beaucoup plus long. En effet, bien que sprinter soit entièrement de nature anaérobie, cette activité aide néanmoins les muscles à brûler davantage de graisses ainsi qu’à préserver et à stocker les sucres. En outre, les muscles deviennent plus efficace à utiliser le lactate et à éliminer l’acidité qui s’accumulent lors d’efforts importants. Enfin, sprinter améliore la capacité des poumons à absorber et à utiliser un maximum d’oxygène. 

Cela a pour conséquence de vous rendre plus résistant à la fatigue, tant psychologique que physique, et ce quelque soit l’intensité et la durée de l’effort. Aussi, comme sprinter requiert la contraction rapide d’un maximum de fibres musculaires et une bonne coordination des mouvements, cela vous aide à développer la puissance de votre foulée ainsi qu’à améliorer votre économie de course, c’est-à-dire à courir plus efficacement.

Après seulement quelques séances de sprint, vous vous sentirez plus léger, plus rapide, plus explosif et plus confortable quelque soit l’allure à laquelle vous courrez. Vous aurez compris, du 5 km au marathon en allant même jusqu’aux ultra-distances, sprinter vous aide !

2. Renforcement des muscles, articulations, tendons et ligaments

Lorsque vous soumettez votre corps à l’impact physique d’un sprint, à savoir environ 200 kg par foulée (plus de 400 kg si vous êtes Usain Bolt !), celui-ci s’adapte en se renforçant et en devenant plus solide. Par conséquent, en sprintant régulièrement vous diminuez vos risques de blessure à toutes les intensités d’effort.

Bien que sprinter impose un stress important sur le corps, la durée étant très courte, l’effet du stress fait rapidement place à une réponse stimulant l’adaptation à l’effort. Ce phénomène est similaire à ce qu’il se produit lorsque vous prenez une douche froide où que vous vous relaxez dans un bain chaud ou un sauna. Autrement dit, à petite dose c’est très bénéfique, mais attention à ne pas en abuser !

3. Effet anti-âge

L’effort maximal du sprint déclenche une production d’hormones apportant un puissant effet anti-âge. En effet, ce pic hormonal stimule le développement et la préservation des tissus musculaires, favorise la diminution de l’excès de graisse, et augmente l’énergie ainsi que la vivacité d’esprit. 

Sprinter diminue également l’inflammation chronique et augmente l’oxygénation du cerveau, améliorant par conséquent son fonctionnement ainsi que l’humeur générale. Enfin, sprinter augmente la densité osseuse, en plus de renforcer les os et les ligaments. 

Cet exercice à intensité maximale demande en effet une concentration complète. Le cerveau doit être capable de demander aux muscles de se contracter rapidement, de coordonner les mouvements et de garder l’équilibre alors que vous bougez à une vitesse élevée. 

Comparez cela avec une course tranquille, pendant laquelle vous pouvez écouter un podcast ou discuter avec votre partenaire d’entraînement. En revanche, lorsque vous sprintez, vous êtes obligé d’être concentré sur l’exercice en cours.

4. Perte d’excès de poids

Si vous avez du mal à perdre ces derniers kilos en trop, essayez donc de sprinter. De fait, sprinter demande un effort métabolique jusqu’à 30 fois supérieur à celui que vous fournissez au repos. L’intensité est telle que votre corps s’adapte en éliminant l’excès de poids, afin d’être plus efficace lors de futurs efforts maximaux.

Avez-vous déjà vu un sprinter avec un excès de graisse ? Je parie que non. En revanche, ce n’est malheureusement pas le cas au départ de marathons ou de triathlons, et ce malgré le volume d’entraînement effectué par ces athlètes. La cause de cet excès de graisse est le plus souvent une mauvaise alimentation.

Mise en pratique

La semaine prochaine je vous expliquerai comment mettre en pratique des séances de sprints et comment les incorporer dans votre entraînement. Inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous si vous voulez recevoir cet article en exclusivité !

Références

  1. Sprint interval running increases insulin sensitivity in young healthy subjects
  2. Dihydrotestosterone is elevated following sprint exercise in healthy young men
  3. An acute bout of high-intensity interval training increases the nuclear abundance of PGC-1α and activates mitochondrial biogenesis in human skeletal muscle
  4. Sprint-based exercise and cognitive function in adolescents
  5. Effects of a 20-week high-intensity strength and sprint training program on tibial bone structure and strength in middle-aged and older male sprint athletes
  6. Two weeks of high-intensity aerobic interval training increases the capacity for fat oxidation during exercise in women
  7. The influence of sprint interval training on body composition, physical and metabolic fitness in adolescents and young adults with intellectual disabilities

Avez-vous aimé cet article ?

Recevez en exclusivité les nouveaux articles.

I will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *